Intégrer des photos et des vidéos sur ses pages web reste agréable point de vue que c’est un moyen qui permet de mieux détailler les sujets proposés  dans le contenu avec toutes les démonstrations qu’ils peuvent donner au lecteur, aussi c’est apaisant pour le lecteur qui cherche l’essentiel de sujet surtout pour un lecteur averti. Mais pour Google, comment il va faire pour lire le contenu média de site? Évidement il ne peut pas les lire et les présenter pour les résultats de recherche, c’est pour cela il faut penser à optimiser les images et les vidéos.

Comment se fait l’optimisation des images et des vidéos du site ?

Si vous utilisez les images et vidéos pour votre site, vous devez penser à les optimiser et ceci pour qu’ils puissent être reconnus par Google et les autres moteurs de recherche.

les robots des moteurs de recherches ont besoin de texte pour reconnaitre le contenu d’un site, et c’est à travers les balises ALT qu’il vont identifier la pertinence des fichiers médias contenus dans le site vis à vis de reste de site et des requêtes de recherche des internautes. Prenez le temps de remplir les balises ALT pour identifier le contenu de vous images et vidéos, mettez des mots relatifs au sujet de la page, ce qui va renforcer la pertinence de la page toute entière.

Une chose importante, il faut remplir les balises convenablement car les moteurs de recherche considèrent le texte contenu dedans comme les autres textes de site, donc il ne faut pas se limiter à mettre une série de mots clés. Autant que vous donnez plus d’intérêt à votre site autant qu’il sera de qualité.

Optimisation images et vidéos

Optimisation images et vidéos

RÉFÉRENCEMENT

Publié: février 23, 2011 dans Réferencement

Comment ameliorer le réferencement naturel?

Comment augmenter le trafic sur mon site?

Comment se placer avantageusement sur le site de Google?

Réferencement web 2.0

Réferencement web 2.0

Autant de question auquelles les experts de Studiometeor.com ont les réponses.

Pour un referencement rapide et efficace, je vous conseille des solutions de liens sponsorisés. Les resultats sont direct, rapides et efficace.

Vous noterez que les resultats sont plus longs qu’un referencement sponsorisé. Le référencement naturel est plus conseillé, car souvent il inspire plus de confiance de la part des internautes.

Pour le référencement naturel, soit la position dans les pages de recherche comme Google par rapport à des mots clés, le travail est plus complexe et dépends des methodes utilisées par ces moteurs, méthodes qui changent régulièrement.

Référencement sponsorisé:

Pour le référencement sponsorisé, je conseille des solution de sponsoring dans de grands moteurs de recherche. Il faut compter un budget d’au moins 5€ par jour pour une telle campagne. Les résultats sont souvent très intéressants et vous ne payez qu’en fonction du nombre de clics entrant sur votre site.

C’est vous qui fixez le prix de chaque clic entrant sur votre site, en sachant que plus vous fixez un prix haut, plus vous aurez de clics entrants sur votre site. Nous conseillons au moins du 0,30 € du clic. Ce type de référencement permet de garantir la fréquentation de votre site, et permet aussi une action aux résultats rapides.

Selectionner les mots clés, promouvoir votre site par des liens externes, en travailler les textes et le contenu, choisir des solutions de référencement sponsorisé adaptés.

Pourquoi le référencement, ou qu’est ce que le référencement?

Le référencement a pour but de vous faire obtenir un meilleur classement dans votre position sur les moteurs de recherche par rapport à des mots clés et donc d’augmenter le traffic de votre site.

Comment arriver en première page quand quelqu’un tapes « restaurant rennes » sur le moteur de recherche google.com?

La meilleure solution est de faire confiance en une société de référencement.

Si on devait se demander pourquoi, c’est tout simplement pour attirer des clients sur vos produits et services par le biais des recherches sur les moteurs (Google, Yahoo, Live Msn,…) par les internautes. Depuis début 2006, les recherches sur Internet par les particuliers, cherchant des professionnels ont été plus nombreuses que les recherches dans le livre de l’annuaire! Depuis juillet 2006, Google est passé devant pagesjaunes.fr pour ces mêmes recherches!D’où toute l’importance d’être bien placé dans le classement des moteurs de recherche et d’avoir un bon référencement.

 

Journal du net

 

L’e-commerce enregistre une progression de 25 % du nombre des transactions en ligne en un an. Si le panier moyen annuel est stable par rapport à 2009, celui de décembre 2010 est en retrait de plus de quatre euros par rapport à décembre 2009.

L’e-commerce hexagonal a encore connu une excellente année. Le nombre de transactions effectuées par carte bancaire (carte bancaire traditionnelle, cartes de paiement privatives et accréditives) auprès des e-commerçants français ayant opté pour les services de paiement en ligne proposés par Atos Worldline, SP Plus (groupe Caisse d’Epargne), PayBox Services et Monext est passé de 199,7 millions en 2009 à 249,9 millions un an plus tard. Il progresse donc de 25,2 % sur un an, en retrait par rapport aux 32,3 % de hausse enregistrés entre 2008 et 2009.

En 2010, le nombre de transactions en ligne a progressé d’un quart par rapport à 2009. Cette croissance inférieure à son niveau des débuts de l’e-commerce ne doit pas masquer la bonne santé et le dynamisme persistant de ce secteur, qui affiche l’une des plus belles croissances de l’économie française.

La croissance de la valeur globale des paiements est également très bonne, même si elle fléchit. En passant de 18,2 milliards d’euros à 22,9 milliards d’euros, le chiffre d’affaires de l’e-commerce

Resultat commerce électronique

Resultat 2010 de commerce électronique

progresse de 26,3 % sur un an, à comparer à une croissance de 30,3 % entre 2008 et 2009.

Le panier moyen, qui était de 90,91 euros en 2009, gagne 0,81 euro en un an grâce à son très bon niveau au premier semestre 2010. Sur l’ensemble de l’année dernière, il était en moyenne de 90,91 euros.

La croissance du chiffre d’affaires de l’e-commerce marque un recul de quatre points en 2010. Approchant la maturité, le secteur se maintient néanmoins au dessus de 25 % de progression annuelle. Le total des transactions enregistrées par Atos Worldline, Paybox, Caisse d’Epargne et Monext frôle les 23 milliards d’euros dépensés en ligne.L’année a en particulier bénéficié d’un excellent premier trimestre (35 % de croissance sur un an) et d’un très bon second trimestre (31 %). Le troisième trimestre a vu le chiffre d’affaires e-commerce croître de 20 %, le quatrième de 21 %.

Cela ne signifie pas que le second semestre n’a pas été bon. Comme l’explique Nicolas Brand, chez Atos Worldline : « La tendance au lissage des flux sur l’ensemble de l’année se confirme. Internet n’est plus seulement un moyen de faire ses achats pendant des périodes exceptionnelles (soldes et fêtes de fin d’année), il est devenu un canal d’achat à part entière que l’on sollicite pendant toute l’année. » Le chiffre d’affaires de l’e-commerce reste supérieur en fin d’année, mais on assiste à un rattrapage des trois premiers trimestres.

Sur la totalité de 2010, le panier moyen s’établit à 91,73 euros, en hausse de 81 centimes par rapport à 2009Mais comme toujours, il chute au quatrième trimestre. Il est même plus bas fin 2010 qu’au dernier trimestre 2008, où il était déjà plus bas qu’au dernier trimestre 2007. Une tendance s’expliquant par la guerre des prix que se livrent les e-commerçants. Nicolas Brand précise que « la baisse du panier moyen est continue sur l’ensemble de l’année et commune à presque tous les moyens de paiement. »

Le montant des paiements en ligne effectués au quatrième trimestre 2010 par carte bancaire auprès des e-commerçants français ayant opté pour les services de paiement en ligne proposés par Atos Worldline, PayBox Services, SP Plus (groupe Caisse d’Epargne) et Monext a atteint 6,5 milliards d’euros (contre 5,3 milliards au troisième trimestre 2010). Le total des ventes en ligne progresse de 21 % par rapport au dernier trimestre 2009.

Le panier moyen baisse de 4,43 euros par rapport au troisième trimestre 2010, atteignant 86,82 euros (contre 91,25 euros). Les sites marchands ont consenti tôt avant Noël des niveaux de remise dignes des soldes, dont l’impact sur le panier moyen se fait clairement ressentir.

La progression sur un an du nombre de transactions en ligne par carte bancaire avait fortement ralenti au quatrième trimestre 2009, passant à 25 % contre 42,9 % au dernier trimestre 2008. Au quatrième trimestre 2010 elle se stabilise à 25,9 %. Année 2008 mise à part, lors de laquelle la crise économique avait pu pousser les consommateurs vers les prix plus intéressants du Web, la croissance du nombre de transactions affiche un lent déclin, témoin d’un marché de plus en plus mature.

La valeur globale des paiements en ligne au quatrième trimestre 2010 est 21,1 % plus élevée qu’au quatrième trimestre 2009. Frédéric Loos précise que la semaine d’activité la plus importante des e-commerçants clients de Paybox Services a été celle du lundi 29 novembre au dimanche 5 décembre. « Mais dès début novembre,  Il est impressionnant de constater que les acheteurs ont fortement anticipé leurs achats de Noël, avec un volume de commandes maintenu, ceci jusqu’au 11 décembre. Au-delà de cette date la volumétrie est brusquement descendue à des niveaux constatés classiquement tout au long de l’année. »

Selon lui, les épisodes neigeux touchant la partie nord de la Franceont orienté des arbitrages de la part des internautes acheteurs, en provoquant des incertitudes sur la capacité de livraison des e-commerçants. « L’activité billetterie spectacles classiquement en forme à cette période de l’année a elle connu une belle progression, certainement accentuée par le repli des acheteurs sur ce type de cadeau sans problématique de livraison », ajoute Frédéric Loos.

En un an, le panier moyen s’est affaissé de près de 4 %, passant de 90,31 euros au quatrième trimestre 2009 à 86,82 euros un an plus tard. Etant donné qu’il avait fortement augmenté en début d’année 2010 (95,79 euros au premier trimestre), la chute est encore plus rude sur trois mois, puisque le panier moyen était de 91,25 euros au troisième trimestre 2010. Au mois de décembre, il tombe même à 86,48 euros.

Il convient toutefois de relativiser ce recul par des considérations saisonnières : d’une part Noël est l’occasion de beaucoup de petits achats, d’autre part la période est moins propice aux achats de voyages, qui tirent le panier moyen vers le haut aux autres périodes de l’année.

journaldunet.com

L’iphone a ouvert une nouvelle dimension de communication et a donné lieu a nouveau mode de vie économique et social.

Iphone

Iphone la clés pour le futur

Iphone

Publié: janvier 28, 2011 dans zipp
Tags:

The futur betwen your hand

Hello world!

Publié: janvier 28, 2011 dans zipp

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!